vendredi 24 octobre 2014

Leçon 13 : La fin de l’idolâtrie




Le principal obstacle que nous pouvons rencontrer dans la pratique de la prière, c’est la distance entre le Divin et nous, entre notre esprit et le Saint-Esprit. Nous avons assumé à travers des millénaires d’enseignement religieux biaisé une attitude intérieure qui crée en nous une séparation entre notre pouvoir originel et nous mêmes. Pour l'instant et jusqu'à ce que nous réalisions et vivions notre véritable Identité nous existons en état de "schizophrénie".

Quel est le résultat de cette fracture de notre esprit? C’est tout simplement que nous vivons dans un monde imaginaire que nous appelons "réalité", que nous croyons en des lois naturelles que nous avons imaginées  et que nous nous identifions à ce que nous ne sommes pas....C'est la seule cause de tous nos problèmes.

Nous croyons au mal, au péché, au malheur, à la maladie, à la mort, etc…et nos peurs se nourrissent et prospèrent sur ce terreau de fantômes. En fait, la vérité c’est que le mal n’est que l’absence de bien, le péché l’absence de lucidité, le malheur l’absence de bonheur, la maladie l’absence de santé et la mort, l’absence de vie…or l’absence c’est la non existence, c’est ce qui n’est pas, ce qui n’existe pas ne peut exister, c’est aussi simple que ça…

L’idolâtrie souvent fustigée dans la Bible comme l’un des péchés les plus graves, c’est tout simplement cette foi en des choses créées par l’homme et qui ne contiennent pas le souffle Divin. Demandons-nous : Est-ce que la mort contient le souffle Divin? Est-ce que la maladie contient le souffle Divin? Est-ce que le malheur contient le souffle Divin?

La réponse est une évidence mais nous avons étés habitués à penser comme des robots, à répéter comme des perroquets. Au fin fond de nos cellules nous avons tous intégré un mode de croyance qui nous coupe de notre source. Et pourtant, le monde extérieur nous enseigne la Voie…les rivières coulent toujours dans le même sens et elles finissent toutes par se perdre dans la mer…la pluie, les fleuves, l’eau du robinet et l’eau des océans ont tous la même nature originelle… tout coule dans le même sens, un seul sens, une seule direction…

Seuls les humains sont capables d’imaginer que les cours d'eau peuvent remonter leur propre courant… C’est ainsi que la croyance au mal et au diable peut être possible…Chaque fois que nous éprouvons la peur de quelque chose ou que par nos convictions nous accordons une validation à une limitation quelle qu’elle soit, nous rendons un culte à une idole construite de main d’homme : satan…La traduction du mot « satan » c’est « adversaire », imaginer l’existence d’un adversaire c’est rendre un culte à satan.

Dans la Bible cela est clairement exprimé par une phrase mise dans la bouche de Dieu « je suis ton seul adversaire… » Dans l’unité, il n’y a en effet pas d’autre pouvoir possible que le principe de Vie, le principe créateur. Tout problème, toute maladie, tout conflit, tout ce qui ressemble à de l’adversité sur notre route n’est pas créé pour nous éprouver, c’est juste l’extériorisation de nos propres croyances inconscientes. Cette extériorisation se produit naturellement parce que ce qui ne fait pas partie du système vital doit être rendu à son néant originel…

Pour cette raison, la « fausse adversité » doit revenir à notre conscience, repasser par le filtre de notre système de croyances et ce contenu ne peut être effacé que si notre lucidité nous permet de réaliser que ce « problème » que nous rencontrons n’est qu’une illusion. C’est la fameuse montagne à laquelle nous devons dire « Va et jette-toi dans la mer !».

Méditation :

Méditez 20 minutes sur l'énoncé suivant. Ne cherchez pas à le comprendre avec votre esprit logique. Laissez juste la phrase creuser son chemin en vous, comme un mantra 

"L'Éternel, m'a ouvert l'oreille, Et je n'ai point résisté "

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire