mardi 16 septembre 2014

Leçon 2 : Tout est esprit




Pour reconnaître nos racines et retrouver la maîtrise de la force qui nous anime, il faut repartir du début de l’aventure, il nous faut « renaître en esprit et en vérité » : « En vérité, en vérité je te dis que si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu. » Jean, 3. Cette « renaissance » passe par un retour aux origines, c’est à dire un retour à la Génèse, ce tout début de la création.

« La terre était informe et vide: il y avait des ténèbres à la surface de l'abîme, et l'esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux.Dieu dit: Que la lumière soit! Et la lumière fut. Dieu vit que la lumière était bonne; et Dieu sépara la lumière d'avec les ténèbres. »

Si nous nous posons la question : « Quelle est l’origine de toute chose ? » nous voyons que tout émerge de l’esprit de Dieu.

« L’esprit de Dieu », qu’est-ce que cela peut bien signifier?

En examinant les choses de près nous découvrons qu’il ne faut pas voir l’Esprit de Dieu comme un « contenant », c’est à dire une sorte de « cerveau matériel » flottant comme un ballon au dessus des flots. Non, cet « esprit qui se meut au-dessus des eaux » est la substance "spirituelle" qui interpénètre tout. C’est la puissance créative elle même, indestructible et éternelle qui précède toute création. C’est d’elle que toutes les choses manifestées émergeront, c’est d’elle que nous sommes formés, que nos cellules sont composées.

Tout ce qui est puisant son origine dans l' esprit. Ce que nous considérons comme l’univers « matériel » n’est en fait qu’une illusion sensorielle. Cela a été depuis longtemps prouvé par la science mais nous continuons à imaginer collectivement que nous vivons dans un univers « objectif » "solide" alors que tout démontre que tout ce que nous vivons est « subjectif », « spirituel » et en état de permanente métamorphose.

Ce changement de point de vue est important. C’est la clé de notre pouvoir. Réaliser que « Je suis né de l’esprit » c’est reconnaître que la substance qui me compose est éternelle, auto-créative et infiniment malléable. Chaque atome de la création contient potentiellement la totalité du pouvoir de cet Esprit créateur. C’est ce qui permet à chacun de nous de penser et d’affirmer « Je suis esprit ».

Dire « Je suis esprit » n’est pas l'affirmation d'un titre honorifique, c’est la reconnaissance du fait qu’à l’égal du principe que nous appelons « Dieu » nous possédons le pouvoir de tous les pouvoirs et que c’est à chacun de nous de déclarer face à toute difficulté (ie: « les ténèbres à la surface de l’abime ») : « Que la lumière soit! ». Et ce, avec une foi absolue dans la certitude du résultat (« Et la lumière fut »)

Relisons ce passage de l'Evangile de St Jean :
« En vérité, en vérité je te dis, que si un homme ne naît d’eau et d’esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’esprit est esprit. Ne t’étonne point de ce que je t’ai dit : Il faut que vous naissiez de nouveau. »

« Eau et esprit » est-ce que cela n’évoque pas un « souvenir »…(« et l'esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux ») Du récit de la « première genèse » nous pouvons déduire de toute évidence que la « chair » n’est qu'une représentation, une illusion de matérialité qui résulte d'une mise en  forme des pensées émanant de l’esprit, substance de toutes choses.

Les conclusions logiques à tirer de ce passage c’est qu’en vérité :  « Je suis esprit créateur » et que « tout est esprit créateur ». Que «  mon esprit préexiste à toute chose » et que par conséquent « mon esprit est éternel, immortel, qu'il contient tous les potentiels. « Je SUIS donc à chaque instant tous les potentiels possibles».


Méditez 20 minutes sur l'énoncé suivant. Ne cherchez pas à le comprendre avec votre esprit logique. Laissez juste la phrase creuser son chemin en vous, comme un mantra :
  
"Tout péché et tout blasphème sera pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l’Esprit ne sera point pardonné. "

Question : Qu'est-ce que le blasphème contre l'esprit?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire