dimanche 28 septembre 2014

Leçon 8 : Réaliser notre identité



Etre convaincu que l’extérieur n’est qu’apparence et se laisser guider par la conviction du fait que le Royaume de Dieu est en nous, rentrer en soi, revenir à Soi... Ce sont les premières étapes qui nous préparent à la prière. L'étape suivante est de réaliser notre Identification, ou avec d’autres mots « réaliser notre véritable identité ».

Qui sommes nous vraiment?
Nous croyons depuis des millénaires n’être que des hommes alors qu’en fait, de la bouche du Créateur lui-même nous avons entendu dire « Vous êtes des Dieux ». Pendant des millénaires nous avons pris l’habitude, de génération en génération de nous identifier à cet être faible, encombré par le péché et enclin au mal et à la folie qu’on appelle : l’homme…Les générations qui nous ont précédées ont implanté jusque dans notre ADN la conscience de cette fausse identité. Nous avons fini par agir et penser fidèlement en fonction de ce conditionnement.

Qui sommes-nous vraiment?
C'est cela la "Vérité" qui doit nous rendre libres. Cet état de conscience d'avant "la chute" est toujours en nous, il est aussi dans notre génétique. Inutile de chercher à "reprogrammer notre ADN" comme certains nous invitent à le faire. Ce qui importe c'est de réussir à vivre notre ADN...Et pour y parvenir, le meilleur moyen c'est d'éviter de "reprogrammer"...il vaut mieux "déprogrammer...

Nous sommes tous les enfants du « très Haut »…Cela ne demande aucun effort puisque c'est un acquis. Le « Très Haut » n’est pas un terme hiérarchique, l'expression ne désigne pas un être « supérieur » comme nous le pensons trop souvent. Le « Très Haut » c’est « celui qui est venu avant ». c’est l'état de conscience que l’on retrouve lorsqu’on remonte « très haut » dans notre conscience. C’est l'état intérieur qui a précédé tout le reste…

Enfants du Principe Créateur, comment pourrions-nous avoir une autre ADN que celle de notre Source, de notre Père. C’est pour cela que Jésus ne cessait de répéter, vos Pères humains ne sont pas vos Pères, vous n’avez pas d’autre Père que celui qui est dans les Cieux…(Dans les Cieux est une autre manière, imagée de désigner "le très Haut" qui est caché à notre vue. "Le très Haut" n’est pas dans le ciel « physique » pas plus que dans les édifices religieux….il est partout. Pour le sentir il suffit de remonter à la Source, à SOI, au SOI, en nous…)

Nos prières  pour une guérison, pour plus d’argent, pour plus de pouvoir, pour plus de ceci ou de cela sont tellement dérisoires par rapport au véritable enjeu…Lorsque par naissance nous possédons tout, pourquoi nous contenter de moins et suplier pour cela…La plupart de nos prières nous écartent du Divin au lieu de nous en rapprocher. Il n’y a pas de personnes plus douées pour la prière que d’autres. Chacun d’entre nous est le coeur même de la création, c’est ce que Jésus exprime clairement lorsqu’il déclare à ses disciples : « Je ne vous appelle plus serviteurs parce que le serviteur ne sait pas ce que fait son maître; mais je vous ai appelé amis, parce que je vous ai fait connaître tout ce que j’ai appris de mon Père ».

Avons-nous vraiment compris ces mots? La plupart de nos églises semblent être passées à côté de cette vérité. Il n’y a pas de « Maître Jésus » mais nous avons un ami, un mentor, quelqu’un qui a exploré pour nous les chemins hors de l’Illusion et qui a ainsi réussi à vaincre l’ultime mirage: la croyance dans la mort de l’Esprit. La seule prière qui mérite d’être prononcée c’est celle qui permet d’aller au-delà de cette illusion qui contient toutes les autres. Tous nos problèmes se résument à cette seule crainte : la peur de la mort…Maladie, pauvreté, insuccès, déceptions, peines de coeur,…Tous ces problèmes remontent à la même origine, la croyance dans le fait que ce quelque chose qui vit peut être coupé de la Source et doit gagner son salut à la sueur de son front…

La Prière ne doit pas être un effort, c’est le contraire. C’est une détente, un retour à la maison familiale. Revenir à la maison familiale apporte un sentiment de sécurité et d’appartenance. C’est ce qu’exprime la parabole du retour du fils prodigue. Il revient chez lui après un temps d’errance lorsqu'il a épuisé toutes ses ressources personnelles. Il réalise qu'il ne peut vivre hors du Père, c’est ce qui le pousse à revenir. Le Père l’accueille à bras ouverts et prépare un festin pour fêter ce retour…Aucun reproche, aucun jugement, uniquement l’amour du Père et l’attention dont il entoure ce fils bien aimé…

Le "Divin" n’impose pas de prières de rédemption, pas de sacrifices, pas de punitions. Il ne réclame rien de nous, il EST tout simplement. Libre à nous de réaliser l'évidence de notre filiation. Comment la rivière pourrait-elle ne pas couler depuis la source? Le retour au Père n'est pas un vrai retour puisqu'il est impossible de ne pas "couler de source". C'est en conscience que le changement peut opérer. Le simple fait de vivre consciemment notre appartenance au TOUT rend "sacré" chaque acte de notre vie.

C’est cet état que l’on appelle le « Royaume du Dieu », il est en nous, ici et maintenant, toujours et à jamais. Cet état lui-même est notre prière.« Et tout le reste nous sera donné par surcroit ». Cette conviction absolue, cet état de confiance et d’abandon c’est ce qu’on appelle LA FOI.

Méditation:

Méditez 20 minutes sur l'énoncé suivant. Ne cherchez pas à le comprendre avec votre esprit logique. Laissez juste la phrase creuser son chemin en vous, comme un mantra :

«  Celui qui demeure sous l'abri du Très-Haut Repose à l'ombre du Tout Puissant."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire