dimanche 20 juillet 2014

Pourquoi la Bible?



"Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé."

C’est la clé de l’Identité…

La parole c'est le VERBE, c'est le langage magique qui permet de raviver la mémoire, l'idée qui peut nous reconduire à cet état de notre être avant que le monde ne soit à travers l'illusion de l'espace temps. C'est la clé vers "L'espace Temple":

"Les Juifs lui dirent: Tu n'as pas encore cinquante ans, et tu as vu Abraham! Jésus leur répondit: En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu'Abraham fût, je suis."

Tout est là…Au delà de nos idées limitées, de nos croyances, des scories et des fausses interprétations notre coeur peut reconnaître les mots qui font écho, les pensées qui nous rappellent qui nous sommes.

La bible a été traduite, recomposée, c’est un patchwork de manuscrits, une anthologie compilée et recompilée qui contient à la fois le poison et l’antidote.

Il y a dans ce texte des scories, des incompréhensions, des contresens flagrants et des contradictions évidentes.

Pour séparer le bon grain de l’ivraie, il faut imaginer l’état de conscience des scribes qui se sont chargés de transmettre le message. Leur application nous aura permis d’avoir accès au « testament » mais aussi à leurs limitations…Certains ont écrits sans même comprendre ce qu’ils écrivaient. Ils se contentaient de transmettre ce qu’ils avaient réussi à saisir…N'oublions pas que jusqu'à la fin même les plus proches disciples de Jésus n'ont pas réussi à "réaliser" la vérité de son enseignement :

"Philippe lui dit: Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffit. Jésus lui dit: Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m'as pas connu, Philippe! Celui qui m'a vu a vu le Père; comment dis-tu: Montre-nous le Père?…"

La vérité déborde et les paroles qui sonnent vrai sont celles qu'il faut laisser vivre en nous. Ce sont les paroles de vie. Il faut réussir à sentir le bon « niveau de lecture »… C’est simple, il y a juste un principe à appliquer :

« Je ne suis pas venu pour juger le monde mais pour lui apporter la liberté »

Ce principe est la clé de tous les textes. Toute parole biblique qui n’exprime pas cet objectif de "libération" est un contresens. Même l’utilisation du mot « Seigneur » est un contresens, c'est la traduction déviée d’un terme de respect qui a été interprété d’une façon erronée.

Pour résoudre ce type d’ambiguïté il suffit de « recouper » l’information et de se demander comment « Dieu » peut-il à la fois être « Notre Père » et le « Seigneur »…Le mot de « seigneur » exprime l’idée de domination, de hiérarchie, d’esclavage. C’est un terme qui a généré toutes les « cassures », toutes les fausses interprétations, toutes les dérives. Remplaçons toutes les occurrences du mot Seigneur par le mot « Père » et tout le texte biblique se transforme. Non seulement le texte mais le vécu du texte, notre manière de nous l’approprier, de l’appliquer à notre quotidien.

Il faut aussi savoir que le mot "Seigneur", vient en fait du latin "Senior" qui signifie "Ancien" ou "Ancêtre", c'est à dire, celui qui vient avant dans une filiation. Ce n'est que par la suite que le sens du mot a évolué pour exprimer un rapport de domination dans la mesure où dans les sociétés traditionnelles l'ancienneté instaurait un rapport de pouvoir.

N'oublions pas que la Bible est un TESTAMENT, un seul testament. L'Ancien et le Nouveau Testament ne reflètent que deux états de conscience différents et non deux contenus différents. Entre les deux testaments, la conscience humaine a évolué, c'est ce que reflètent les différences dans le mode de transmission. C'est la raison pour laquelle de nombreux passages sont retransmis tels quels dans les deux versions. C'est aussi la raison pour laquelle Jésus déclare :

"Ne pensez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes. Je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir"

Demandons-nous donc, qu'est-ce qu'un testament? En fait, c'est un document officiel qui a valeur de loi et qui transmet les « dernières volontés" d'un "SENIOR" qui à travers un acte de reconnaissance décide de l'attribution de ses biens. C'est donc avant tout un acte de reconnaissance d'une filiation et la transmission d'un patrimoine. Les deux testaments que contient la bible sont à lire dans cette optique.  Nous sommes les « héritiers » du Père, ses semblables et pas ses esclaves. Nous sommes tous reconnus par le principe suprème comme ses enfants, héritiers de tous ses biens. Et si l'on se demande en quoi consiste ces biens nous découvrons qu'ils sont de deux natures : le monde manifesté incluant tout ce qui nous entoure et le VERBE qui en est la source.

Ce fameux "Verbe Divin", objet de tant de quêtes, où peut-il bien se cacher? Le découvrir permet de nous transformer plus que radicalement. Voir Dieu, c'est mourir dit-on...En fait c'est la "seconde naissance", la réalisation de notre véritable IDENTITE, la réponse définitive, non logique,  à la question : « Qui suis-je »?

« Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples; vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira... demeurez dans ma parole"

La trace de cette parole, sa porte d'accès se trouve dans les textes bibliques. Lorseque nous aurons réussi à déblayer la voie, à effacer tout ce qui en nous cache la vérité, alors ce jour là, nous réaliserons que le ce principe intérieur mystérieux qu'on appelle "Le Père" est l'écriture même de la vie à travers nous...à condition que nous sachions écouter la voix du silence.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire